Génération de l'innovation sociale

Génération de l'innovation sociale

Quatre partenaires – la fondation, ainsi que l’Université de Waterloo, le MaRS Discovery District (Toronto) et le PLAN Institute (Vancouver) – collaborent au programme Génération de l’innovation sociale (SiG) pour développer, encourager et soutenir l’innovation sociale continue. Leur objectif est de découvrir, de tester et de partager de nouvelles façons de s’attaquer aux enjeux sociaux auxquels font face les Canadiens.

« Innovation » signifie généralement faire mieux, de manière plus avisée et plus efficace. En affaires, cela va de soi; l’innovation est constamment encouragée par la formation, des investissements et l’intérêt du public. Le secteur sans but lucratif ou bénévole n’obtient pas un tel appui : il existe un grand nombre d’entrepreneurs sociaux mais la plupart des organismes subventionnaires cherchent des projets « sûrs ». Il y a peu de capital risque et encore moins de volonté d’accepter un certain niveau d’« échec » comme prix d’une innovation porteuse.

La volonté d’apprendre est un corollaire à la prise de risques éclairée. Les évaluations sont l’outil privilégié pour tirer des enseignements des projets, mais les approches classiques et le savoir qui en découle favorisent nettement un mécanisme rigide de reddition de compte plutôt qu’un véritable apprentissage. Comme partenaire de SiG, la fondation conçoit, pour l’évaluation, des approches davantage axées sur l’utilisateur et essaie de s’assurer que les organismes subventionnés et les parties prenantes sont les principaux bénéficiaires de l’évaluation.

Vision stratégique

SiG reflète la vision d'un Canada plus inclusif, plus viable et plus résilient qui embrasse l'innovation continue pour s'adapter à des difficultés sociales complexes.

Financement total

10 000 000 $ – contribution de la fondation

Historique du programme

SiG est issu de l’expérience acquise en plusieurs années par la fondation en soutenant l’essai et la diffusion d’innovations locales dans le cadre de ce qu’elle a appelé « diffusion-application ».

Cette initiative a donné naissance à une communauté de pratique, un « laboratoire d’innovation sociale », qui a révélé d’autres besoins, en particulier une théorie cohérente pour guider les progrès futurs et un plus vaste ensemble de ressources pour compléter le financement de la fondation.

Grâce à la création de la Chaire de l’innovation sociale à l’Université de Waterloo, à la nomination de Frances Westley, Ph.D., au poste de titulaire et à l’adoption, comme cadre conceptuel, de la « panarchie » de Buzz Holling pour guider l’initiative, nous avons mieux compris les processus d’innovation. La collaboration avec le MaRS Discovery District et le PLAN Institute a encouragé la participation des secteurs privé, public et communautaire à l’essai d’approches visant à provoquer un changement durable, du niveau local à celui des systèmes.

Leçons clés

  • La mise à l'échelle de l'innovation ne vise pas la croissance des programmes ou des organismes, mais bien l'accroissement de leur impact de façon appropriée au contexte.
  • On peut rarement répéter un projet, même s'il est réussi; il faut plutôt saisir profondément ce qui fonctionne et pourquoi cela fonctionne afin de préserver l'essence du projet tout en conservant la flexibilité requise pour l'adapter à un contexte différent.
  • Le concept de « pratiques exemplaires » ou de modèles à succès étouffe l'innovation. Celui de « pratique suivante » traduit mieux l'approche fondée sur l'observation et l'adaptation continues.
  • Les méthodes d'évaluation classiques, qui comparent les résultats aux objectifs établis, peuvent étouffer l'innovation; celle-ci exige le risque, l'expérimentation, le droit à l'erreur et la possibilité d'apprendre de l'échec et de l'imprévu.
  • La fondation a participé à la création de l'évaluation évolutive : équilibrer pensée créative et pensée critique pour guider l'innovation et l'évaluer.
  • Même si le terme « innovation sociale » s'est vite répandu, avec les systèmes adaptés complexes et autres concepts afférents, il n'est pas clair que son utilisation mène au changement transformateur ou y est associée.
  • La fondation a appris que la collaboration entre secteurs exige des efforts concertés pour surmonter les divergences de normes et de valeurs organisationnelles. Cela exige un engagement envers l'apprentissage social, y compris la capacité d'adapter ses propres points de vue et pratiques.
La fondation de la famille J.W. McConnell 1002 Sherbrooke Ouest, Suite 1800, Montréal, Québec H3A 3L6

Site par Plank