ALLIÉS

ALLIÉS

ALLIÉS (Aider les leaders locaux à créer des stratégies d’emploi pour les immigrants) appuie les efforts locaux dans les villes canadiennes en vue d’adapter et de mettre en œuvre avec succès des programmes qui aident les immigrants qualifiés à trouver des emplois cadrant avec leurs compétences. Au moyen d’un ensemble d’initiatives mobilisant de multiples parties prenantes, ALLIÉS et ses partenaires locaux contribuent à bâtir un Canada plus fort en mettant à profit les talents, les relations et l’expérience des immigrants qualifiés qui ont choisi de s’installer au Canada. C’est un programme commun de la fondation Maytree et de La fondation de la famille J.W. McConnell, réalisé avec des partenaires des secteurs public, privé et communautaire.

Vision stratégique

Grâce à ALLIÉS, la fondation entrevoit une société dans laquelle les nouveaux immigrants seront plus en mesure de partager leur talent et leur créativité d’une manière qui reflète convenablement leur expérience professionnelle. Cela contribuerait à la fois à leur propre bien-être et, en fin de compte, à l’avènement d’un Canada plus prospère et plus résilient.

Financement total

3 000 000 $ (en plus du soutien de la fondation Maytree et des partenaires des secteurs privé et public)

Historique du programme

ALLIÉS a été lancé en 2007 pour aider les collectivités canadiennes à mieux intégrer les immigrants qualifiés à leur population active. Le programme prend appui sur la réussite du Toronto Region Immigrant Employment Council (TRIEC), créé par la fondation Maytree en 2003 comme organe à multiples parties prenantes consacré à l’intégration des immigrants qualifiés à l’économie locale.

Le succès de TRIEC a soulevé l’intérêt d’autres communautés, notamment de la région de Waterloo et d’Ottawa, qui ont créé leurs propres réseaux d’emploi pour les immigrants qualifiés. En juin 2007, Maytree, avec l’appui de La fondation de la famille J.W. McConnell et de Citoyenneté et Immigration Canada, a organisé une conférence « Échange d’apprentissage » à l’intention des communautés intéressées à apprendre de ces modèles. Environ 150 participants de plus de 18 collectivités y ont participé.

Cette conférence a débouché sur le lancement de ALLIÉS, dont l’objectif est de contribuer à la création d’un mouvement pancanadien de communautés locales engagées, afin d’offrir des solutions d’emploi acceptables aux immigrants qualifiés.

Depuis, ALLIÉS a tenu deux autres conférences « Échange d’apprentissage » : à Vancouver (juin 2009) et à Halifax (mai 2010).

Leçons clés

  • Défis partagés. De nombreux projets concernant l’embauche d’immigrants se sont appuyés sur la prémisse que les immigrants ont des lacunes (langue, titres de compétences, culture du milieu de travail, etc.). Ces  « lacunes » devaient être comblées par des programmes tels des cours de langue et d’introduction à la culture ou d’amélioration des compétences. Cette approche a eu un succès limité. Nous avons appris qu’à la fois les immigrants et les employeurs ont des défis à relever. Parfois ces derniers perçoivent un risque élevé dans l’embauche d’immigrants, sont mal à l’aise face à la différence, se lassent de titres de compétences inconnus, entre autres. Il y a donc tout intérêt à partager entre les immigrants et les employeurs la responsabilité de combler les lacunes.
  • Cible unique. Pendant les premières étapes du projet, certains ont voulu s’attaquer aussi à de nombreux problèmes et injustices liés à l’immigration. Nous avons appris que, pour réussir, il nous fallait nous concentrer sur un seul objectif : intégrer les immigrants au marché du travail. Si les employeurs s’intéressent à des programmes de recrutement et d’embauche d’immigrants, il serait cependant plus difficile de les mobiliser en soulevant les questions de justice sociale, d’équité et de racisme.
  • Vrais employeurs. La participation de vrais employeurs plutôt que d’associations d’employeurs telles les chambres de commerce s’est révélée essentielle. Les entreprises, en particulier les gros employeurs, doivent nécessairement participer. De plus, le gouvernement a été reconnu comme étant d’abord et avant tout un gros employeur plutôt qu’un décideur ou un organisme subventionnaire.
  • Leaders. Les leaders communautaires se sont avérés des collaborateurs plus efficaces que des organismes ayant des mandats semblables.
  • Projets concrets. Nous avons découvert que les initiatives progressaient plus rapidement et plus efficacement quand des projets concrets étaient lancés et mis en œuvre sans tarder.

Ressources

Visitez alliescanada.ca pour plus d’information.

La fondation de la famille J.W. McConnell 1002 Sherbrooke Ouest, Suite 1800, Montréal, Québec H3A 3L6

Site par Plank