Articles avec le tag ‘’

Stimuler le changement à vaste échelle pour les jeunes de l’Ontario : Programme IC pour les jeunes d’Innoweave

Mary Rose blog photo frEn décembre, le programme Innoweave de la fondation a lancé IC pour les jeunes, un nouveau partenariat stimulant avec la Fondation Laidlaw et le gouvernement de l’Ontario. IC pour les jeunes s’inspire du module Impact collectif d’Innoweave pour aider des collectivités de tout l’Ontario à mieux connaître, élaborer, lancer et réaliser des projets d’impact collectif qui améliorent directement les résultats pour les jeunes.

Le secteur communautaire reconnaît de plus en plus que les organismes ne peuvent réaliser un changement à vaste échelle s’ils travaillent chacun de leur côté. IC pour les jeunes offre aux organismes qui s’attaquent à des problèmes complexes (comme l’itinérance des jeunes) l’espace et les ressources dont ils ont besoin pour élaborer un plan collectif à partir du cadre de l’impact collectif.Youth CI (suite…)

Pourquoi Collectivités dynamiques? 10 raisons pour lesquelles le Canada doit réduire la pauvreté

Ce texte est constitué de notes tirées d’un discours que j’ai livré à Ottawa le 6 mai, au sommet de Tamarack pour la réduction de la pauvreté.

Stephen-Huddart-authorFRJohn Wilson McConnell, qui a établi en 1935 la fondation pour laquelle j’ai le privilège de travailler, est né en 1877 d’immigrants irlandais arrivés au Canada la même année, illettrés et sans-le-sou. Comme tant d’autres à l’époque, et des millions d’autres depuis lors, sa famille espérait trouver ici une vie meilleure.

Nous savons maintenant que la promesse d’abondance qui a incité des familles comme les McConnell à venir au Canada – souvent avec l’offre de terres gratuites ou à bas prix – a eu des conséquences désastreuses pour d’autres. L’époque de la colonisation a entraîné le déplacement et la marginalisation systématiques des peuples autochtones.

Il est néanmoins frappant de noter qu’à partir de débuts aussi modestes, McConnell est sans doute devenu à l’âge de 50 ans l’homme le plus riche au Canada. Comment est-ce possible?

L’avantage de passer à la vie adulte au XXe siècle

McConnell est allé à l’école publique et, même à l’époque, les écoles ontariennes étaient de niveau international. Ainsi que le note son biographe, « À l’Exposition internationale de Paris en 1887, le ministère de l’Éducation de l’Ontario a remporté des prix dans six catégories – plus que les Britanniques et le reste de l’empire ensemble. » Quand sa famille a quitté la ferme de Muskoka pour aller à Toronto – passant de la pauvreté rurale à la pauvreté urbaine –, McConnell a trouvé du travail dans le service de tenue de livres d’un commerçant de textile. Il a aussi suivi des cours du soir au YMCA. C’est ainsi qu’il s’est initié aux affaires et il est vite devenu commerçant de bois, de blé et d’autres produits de base.

Le chalet de Muskoka où McConnell a grandi serait presque identique à celui-ci. Photo offerte gracieusement par Walker et Kapya Riley, prise vers 1889.

Le chalet de Muskoka où McConnell a grandi serait presque identique à celui-ci. Photo offerte gracieusement par Walker et Kapya Riley, prise vers 1889.

(suite…)

Investisseurs avant-gardistes de l’infrastructure du changement systémique au XXIe siècle – qui êtes-vous?

Article d’invité de Jennifer Morgan, fondatrice du Finance Innovation Lab
Note : Affiché à l’origine sur le blogue du Centre for Social Innovation de l’Université de Cambridge

Jennifer Morgan_FRLes cathédrales font partie des plus importants projets d’infrastructure de l’histoire de l’humanité. Elles ont été des lieux où les gens se sont réunis dans un but supérieur, pour tisser des liens, pour donner un sens au monde et pour former ensemble une collectivité.

À bien des égards, c’était des projets d’infrastructure uniques en regard de ce qui se fait aujourd’hui : il a fallu plusieurs générations pour les bâtir; elles étaient destinées à plusieurs générations; elles n’offraient aucun rendement tangible ou immédiat du capital investi; elles ont été érigées dans un but supérieur au service du bien commun.

Alors quel serait de nos jours l’équivalent de l’infrastructure des cathédrales? De quelle infrastructure intergénérationnelle avons-nous besoin pour qu’une innovation sociale plus profondément enracinée fasse passer nos valeurs et nos cultures de l’EGO à l’ÉCO?

Cathedral And Abbey Church Of Saint Alban In St.albans, Uk (suite…)

Perdue dans les bois       

Ça fait un an et demi (OK, peut-être deux ans…) que je suis à élaborer la stratégie de la fondation en matière de santé mentale chez les enfants et les jeunes. Cet élément du cycle de panarchie est affectueusement qualifié à l’interne de promenade dans les bois – le temps passé à saisir le domaine et les acteurs, les difficultés et possibilités majeures, et les modes d’intervention philanthropique susceptibles d’exercer l’impact le plus important. Cette phase d’exploration est « une période importante pour réfléchir aux dynamiques que vous pressentez afin de pouvoir énoncer l’environnement et les enjeux de manière adéquate » avant de plonger dans l’action. Pour moi, cette étape du travail fut à la fois une source d’inspiration et… disons, de malaise. Je m’explique.

663

J’ai amorcé la promenade sans idées préconçues quant à la destination – un état d’esprit qui s’est traduit par un tas de questions ouvertes et un vaste éventail d’enjeux à considérer. J’ai parlé à plusieurs personnes passionnées ayant consacré leur vie à améliorer la santé mentale et le bien-être des jeunes. Ensemble, ils m’ont dressé un portrait complexe du système actuel. Tout ce temps consacré à la recherche et à la consultation fut extrêmement utile au processus – ça m’a permis de considérer le système à partir d’un ensemble de points de vue différents.

(suite…)

Dépenses politiques des entreprises au Canada

Veuillez noter que ce blogue a été initialement poster sur le site web de Responsible Investment Association (RIA).

Par Kevin Thomas, directeur, engagement des actionnaires, Association des actionnaires pour la recherche et l’éducation (SHARE)

Blogpost Corporate spendingLes demandes de divulgation des dépenses politiques des entreprises en vue d’influer sur le processus politique sont le motif le plus fréquent des résolutions d’actionnaires aux É.-U., où les grandes sociétés dépensent des sommes massives – rarement divulguées – pour obtenir des résultats politiques.

Les préoccupations relatives aux dépenses politiques ont toutefois occupé moins d’espace sur la liste de priorités de l’investissement responsable au Canada.

C’est imputable en partie au système de financement des campagnes au Canada, qui impose des limites plus strictes en matière de financement des partis et de fonds versés par des tiers lors des élections, et ce, à plusieurs paliers du gouvernement. Mais avant de trop s’en glorifier, les actionnaires voudront peut-être étudier plus avant l’activité des sociétés canadiennes dans la sphère des politiques publiques.

Cela peut toutefois être difficile, selon un nouveau document de réflexion de l’Association des actionnaires pour la recherche et l’éducation (SHARE).

(suite…)

Réflexions sur mon expérience de la philanthropie destinée aux Autochtones

ErinMFRPendant deux ans, j’ai eu la chance incroyable de travailler avec la fondation de la famille J.W. McConnell, d’abord à titre de stagiaire aux programmes, puis d’agente intermédiaire pour des projets liés à la philanthropie destinée aux Autochtones. En pleine émergence, ce champ de la philanthropie vise à créer des partenariats entre peuples et organismes autochtones, et milieu de la philanthropie.

Leadingtogether-FRÀ la fondation, j’ai travaillé à plusieurs projets notables dans le domaine, dont l’élaboration et la coordination d’un ouvrage intitulé Diriger ensemble : jeunes autochtones dans des partenariats communautaires. Diriger ensemble illustrait 12 récits de partenariats entre des projets autochtones et les secteurs philanthropique et sans but lucratif, avec un accent particulier sur les apprentissages et les échecs de chaque projet ainsi que la façon d’aller de l’avant. J’ai aussi contribué à l’organisation d’un sommet jeunesse réunissant 25 jeunes leaders de 14 organismes pour discuter des possibilités de collaboration sur un projet jeunesse de réconciliation — qui est devenu le Mouvement jeunesse des 4R, un mouvement de réconciliation nationale mené par des jeunes.

(suite…)

Patience, persévérance et paperasse: Réflexions tirées de mon stage avec Des villes pour tous

Jane-Zhang-Author-FR
Les villes sont le nouveau noir.

Partout dans le monde, des gens s’ouvrent à un sentiment d’urgence mondiale – la biosphère en a marre de notre empreinte anthropique et nous sommes tous dans le même bateau. Les urbanistes l’ont clamé haut et fort : le meilleur moyen de prendre le taureau par les cornes, c’est à partir de nos maisons, nos rues et nos quartiers.

En bonne société technophile, nous avons toutefois réduit la viabilité à une science et recourons habituellement à des panacées technos pour résoudre des enjeux sociétaux complexes et à long terme. À l’heure des changements climatiques, on croit malheureusement que la résilience urbaine consiste à ériger des digues pour contenir les inondations.

550

(suite…)

Réflexions sur la finance sociale et l’investissement d’impact

PhilipauthorFRSocial-FinanceblogMon stage à La fondation de la famille J.W. McConnell m’expose au domaine attirant et stimulant de la finance sociale et cela a changé ma vision du monde – j’ai découvert l’impact majeur des décisions d’investissement que l’on prend tout au long de sa vie. Depuis le Forum 2014 sur la finance sociale tenu à Toronto au MaRS Centre for Impact Investing, je n’ai pas oublié une question posée par Joel Solomon, de Renewal Funds : « Que fait votre argent au moment où on se parle? ». Ce que j’en retiens, c’est l’importance d’être conscient de l’impact exercé sur la société par les grandes firmes et les organismes, et de la manière dont cela va façonner l’avenir. (suite…)

Nous jouons vraiment tous pour le Canada

JC-author-circleFRComme le dit la pub de Canadian Tire : il n’y a pas de but sans aide.

Nos athlètes olympiques et professionnels bénéficient non seulement du financement ciblé d’À nous le podium et d’organismes sportifs nationaux, mais aussi de décennies de soutien de la part du pivot du système sportif canadien — papas hockey et mamans soccer, entreprises commanditaires et collecteurs de fonds locaux, entraîneurs et officiels bénévoles au dévouement sans relâche.

Source: Sport Pur

Source: Sport Pur

Avec plus de 34 000 organismes d’un bout à l’autre du pays, presque tous dirigés par des bénévoles, les sports et loisirs forment une part importante du secteur communautaire au Canada. Mais on méconnaît l’importance des bons programmes communautaires de sport, fondés sur les valeurs auxquelles nous croyons, pour favoriser la santé de nos enfants et développer des compétences utiles pour la vie, bien après qu’ils auront accroché leurs patins.

(suite…)

Confiance et traçabilité

Beth-author-FRL’autre jour, mon mari a griffonné à l’intention d’une dizaine d’amis et de voisins un courriel intitulé Viande, œufs et panais. Notre amie Kathleen s’en venait en ville et avait offert d’apporter des produits de sa ferme. Il a inclus les réponses de Kathleen à ses questions sur le mode de production des aliments :

« Nous ne faisons rien au bétail; les animaux viennent au monde et passent toute leur vie dans le troupeau – jusqu’au jour fatal. Ils mangent ce qu’ils broutent dans le champ et le foin que nous leur donnons, rien d’autre – pas de céréales pour l’engraissement. Les poules sont libres de courir partout et ne mangent que du grain certifié biologique. Elles jouissent de la vie sans autre intervention de notre part – sauf, bien sûr, quand je les flatte ou que mon fils leur fait des câlins! Les légumes proviennent de semences biologiques si nous pouvons en trouver, avec pour seul engrais le fumier de nos bêtes. Pas d’herbicides ni de pesticides, juste beaucoup de paillis et de désherbage. »

(suite…)