Archive pour la catégorie ‘Nouvelles’

Lancement de la Commission de l’écofiscalité du Canada

CEFC-brochure-FRLe 4 novembre marquait le lancement de la Commission de l’écofiscalité du Canada et de son rapport inaugural, Une vision intelligente, concrète, réaliste : des choix canadiens pour une plus grande prospérité économique et environnementalequi prône des politiques pertinentes, concrètes et réalistes, et dresse la feuille de route du travail de la Commission au cours des cinq prochaines années.

La Commission de l’écofiscalité du Canada, titulaire de subvention de la Fondation, a été mise sur pied par des experts parmi les plus éminents au Canada en matière de politiques économiques. Elle a pour but de moderniser les systèmes fiscaux partout au pays en vue de meilleurs résultats pour le Canada sur le plan économique et environnemental.

Pour en savoir plus, consultez www.ecofiscal.ca/fr et joignez-vous à la conversation sur Twitter @EcofiscalCanada #Ecofiscal.

La Commission de l’écofiscalité du Canada dans les médias :

Lancement de RECODE

recode_box_solid_tagline_horizontal_yellow-on-blackRECODE – un programme de la Fondation créé en collaboration avec des maîtres à penser et des partenaires des secteurs privé, public et sans but lucratif – a pour but de catalyser l’innovation sociale et l’entrepreneuriat social dans les études supérieures partout au Canada. RECODE a été officiellement lancé lors du forum de la finance sociale le 6 novembre à Toronto.

Au stade initial de ce programme pluriannuel, quatorze collèges et universités de tout le Canada ont reçu des subventions de contrepartie en vue d’inciter les étudiants à devenir des entrepreneurs sociaux tout en contribuant à renforcer les capacités du Canada en matière d’innovation sociale.

Liste des établissements sélectionnés
Cégep de Sherbrooke; Université de Victoria; Collège Camosun et Université Royal Roads; Université Memorial de Terre-Neuve; Université de Guelph; École de technologie supérieure (ÉTS), Collège Dawson et Cégep André-Laurendeau; Université de l’EADO; Université Mount Royal; Université Simon Fraser; Université Ryerson; Université de la Colombie-Britannique; Université du Nouveau-Brunswick; Collège Georgian; Université Wilfrid Laurier; et Université Concordia.

RECODE a pour but :

  • D’appuyer la création de zones d’innovation sociale et d’entrepreneuriat social sur les campus, de concert avec des partenaires du monde des affaires, du secteur communautaire et du secteur public.
  • D’exploiter une plateforme vouée à la collaboration et à la solution de défis d’envergure nationale, ouverte au corps professoral et aux étudiants de niveau postsecondaire partout au Canada.
  • De renforcer la capacité de la société à s’attaquer à des défis sociaux et environnementaux en misant sur la collaboration et l’innovation entre disciplines, secteurs et institutions.

Stephen Huddart, président-directeur général de la Fondation de la famille J.W. McConnell, déclare : « Misant sur la tradition de longue date de la Fondation en ce qui a trait au soutien du secteur postsecondaire, RECODE vise à renforcer le soutien apporté aux étudiants désireux de créer de nouvelles approches pour relever les défis de notre temps. Avec des partenaires comme Intel, MaRS, CBSR, Purpose Capital, SecondMuse et plusieurs autres, nous unissons les ressources pour investir dans la capacité d’innovation de la société à une période cruciale de son histoire. »

Monica Contreras, directrice des opérations à l’Institut d’innovation et de recherche en médias numériques de l’Université de l’EADO, l’une des écoles qui reçoivent des fonds, déclare : « RECODE offre à l’Université de l’EADO une occasion véritablement transformatrice de créer une zone d’innovation sociale d’envergure mondiale en art et en design – au profit et au service des étudiants, ainsi qu’à celui de tout le secteur postsecondaire au Canada. »

Pierre Dumouchel, directeur général de l’École de technologie supérieure (ÉTS), aussi titulaire d’une subvention de RECODE, ajoute: « Grâce au soutien de RECODE, l’ÉTS s’engage à tracer la voie à l’ingénieur du 21e siècle, interpelé par les préoccupations de son milieu et conscient de son apport aux solutions innovantes liées aux grands enjeux citoyens d’aujourd’hui et de demain. »

Pour en savoir plus sur ce programme, nous vous invitons à consulter www.re-code.ca/fr ou à vous joindre à la conversation sur Facebook (LetsRECODE) et Twitter @LetsRECODE #LetsRECODE.

Communiqué de presse, RECODE

Nouveau rapport : Systèmes alimentaires durables au Canada

À l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, un nouveau rapport attire l’attention sur les difficultés qui se posent aux systèmes alimentaires mondiaux sur le plan social et environnemental, et sur l’impact exercé par les pratiques non durables des entreprises agroalimentaires sur les investisseurs canadiens.

Le rapport Systèmes alimentaires durables au Canada: un rôle pour les investisseurs a été publié par l’organisme Shareholder Association for Research & Education (SHARE), un chef de file de l’investissement responsable au Canada. Le financement du rapport a été assuré par des fondations philanthropiques canadiennes, dont la Fondation de la famille J.W. McConnell.

Lire le rapport.

Réflexions issues de la table ronde 2014 sur l’évaluation

La semaine dernière, la Fondation fut l’un des hôtes [1] de la table ronde sur l’évaluation à Montréal. Établi à Washington DC, ce réseau d’une trentaine de fondations des É.-U. et du Canada se réunit tous les 18 mois pour étudier un cas lié à la stratégie et l’évaluation philanthropiques. Cette fois-ci, le groupe s’est penché sur Génération de l’innovation sociale (SiG), un partenariat de sept ans entre la Fondation, l’Université de Waterloo, MaRS Discovery District et le Plan Institute en vue de stimuler une culture de l’innovation sociale continue au Canada.

À bien des égards, SiG est un succès. Grâce à un heureux mélange d’intention et de hasard, on entend de plus en plus parler d’innovation sociale et, de concert avec le bureau national de SiG, les partenaires ont également contribué – ensemble et chacun de leur côté – à renforcer la capacité du Canada de s’attaquer à des difficultés systémiques complexes et tenaces. Citons, par exemple, le rôle de SiG dans l’introduction de l’investissement d’impact et des laboratoires sociaux; le premier ministère de l’Innovation sociale, en C.-B.; l’enseignement et la recherche sur la nature du changement systémique; l’introduction de nouvelles plateformes philanthropiques telles qu’Innoweave. Et l’on pourrait en citer bien d’autres.

Certains s’étonnèrent que le cas pédagogique accorde tant d’importance aux deux premières années du programme. On ignorait alors s’il y avait la moindre chance de succès ou si le programme lui-même allait survivre. C’était une période de confusion, de doute et de conflit. Alors, pourquoi s’y attarder? Comme dans les sciences ou les affaires, l’innovation en philanthropie comporte des risques et parfois des échecs. Les échecs intelligents, comme les appela Ashley Good, de Fail Forward, lors de son atelier qui suivit la table ronde, exigent de l’honnêteté et de l’humilité – ainsi que de la patience et de la générosité envers soi-même et envers les autres au fur et à mesure que l’on tire des leçons de ses échecs. (more…)

Dechinta fait parler de lui

Le Dechinta Centre for Research and Learning — titulaire de subvention de la Foundation — vient de faire l’objet d’un article du Globe and Mail, Learning from the land in the North.

On y décrit le programme semestriel novateur et inusité de Dechinta, offert dans un cadre sauvage et isolé — à 20 minutes d’hydravion de Yellowknife. Accordant une importance égale aux études et à l’apprentissage traditionnel fondé sur la terre, Dechinta appuie les efforts des étudiants du Nord en vue de devenir des leaders et d’exceller par l’entremise d’une expérience pédagogique fondée sur la terre.

Pour en savoir plus sur le Dechinta Centre for Research and Learning, consulter www.dechinta.ca.

Nouveau rapport de SiG

Génération de l’innovation sociale (SiG), en collaboration avec KPMGVolans et MaRS, vient de publier Innovation radicale : l’innovation sociale, moteur de développement des affaires. Le rapport étudie le pouvoir positif des affaires pour stimuler l’innovation nécessaire à la solution de problèmes complexes sur le plan social et environnemental.

Pour consulter la version intégrale du rapport et en savoir plus sur l’innovation sociale en entreprise, cliquer ici.

Nation de l’innovation sociale

Des événements récents suggèrent que le niveau de maturité du champ de l’innovation sociale est tel que l’on peut envisager un virage adaptatif et évolutif de nos systèmes — sur le plan économique, social et environnemental.

Voyez vous-même : du 25 au 27 mai, MaRS Solutions Lab (MSL) a accueilli Labs for Systems Change — la première rencontre mondiale de praticiens de premier plan dans le domaine, venus de 30 pays. Dans ses remarques, Frances Westley, de la chaire J.W. McConnell en innovation sociale de l’Université de Waterloo, a expliqué comment l’évolution des connaissances – sur la psychologie et la dynamique de groupe, la réflexion conceptuelle et la théorie des systèmes adaptatifs complexes – couplée à l’analyse des données et la modélisation informatique nous permet dorénavant d’étudier et d’améliorer le comportement institutionnel, et d’élaborer des solutions testables à des problèmes épineux.

À la même période, se déroulait du 26 au 30 mai la Semaine de l’innovation sociale à Vancouver, produite par BC Partners for Social Impact et SiG. Parmi les nombreuses activités entourant l’Échange de l’innovation sociale d’envergure mondiale, tenu pour la première fois au Canada, citons une improvisation publique d’idées et une conférence universitaire. La rencontre fut inaugurée par le ministre de l’Innovation sociale de la C.-B. — le premier du Canada. Il a prédit que dans cinq ans, tous les gouvernements emboîteront le pas : externalisation ouverte, introduction de structures d’entreprise hybrides, adoption de nouvelles mesures de finance sociale et soutien de la participation citoyenne pour trouver des solutions à nos problèmes les plus pressants.

Avec la récente annonce d’un fonds d’un milliard $ pour l’innovation culturelle et sociale, l’Alberta s’engage dans la même direction.

Mais ce n’est pas seulement l’affaire des gouvernements, des grandes sociétés, des fondations philanthropiques et des organismes communautaires. Selon Peter Senge, cité dans un récent article de blogue de Joe Hsueh, du partenaire de la Fondation Second Muse, intitulé Why the Human Touch is Key to Unlocking System Change : « Plus c’est systémique, plus c’est personnel ». Un rappel que le changement, ça commence par nous – par la transformation de nos habitudes et nos façons courantes de voir les autres et d’interagir avec eux.

~Stephen Huddart, président-directeur général

Lancement du Fonds de transformation des banques alimentaires

La Fondation de la famille J.W. McConnell est heureuse d’annoncer le lancement d’un nouveau fonds — dans le cadre de son programme Systèmes alimentaires durables — pour appuyer le travail de transformation des banques alimentaires partout au Canada. Lancé le 16 juin, le Fonds de transformation des banques alimentaires est axé sur la sécurité alimentaire à l’échelle de la collectivité. Il s’intéresse plus particulièrement au rôle des banques alimentaires dans la transition de l’aide alimentaire d’urgence vers une approche qui intègre de façon concrète l’approvisionnement en aliments sains et la participation citoyenne. Outre des subventions jusqu’à hauteur de 50 000 $ sur deux ans, les participants retenus pour le Fonds se verront offrir des fonds de développement professionnel et l’occasion de participer à diverses activités d’apprentissage.

Consulter notre site web pour suivre les nouvelles et les annonces en rapport avec le fonds.

Numéro d’été du SSIR: La philanthropie pour un monde complexe

Philanthropy for a Complex World, un article récent du numéro d’été du Stanford’s Social Innovation Review, met en lumière la pratique de la Fondation d’embrasser les stratégies émergentes dans l’élaboration de programmes et de projets. On y cite John Cawley, directeur des programmes et des opérations de la Fondation :

« Il faut d’abord se garder de croire que nous sommes les seuls à avoir un plan. Le plan sera créé conjointement par les personnes que nous avons réunies autour de la table. C’est beaucoup plus stressant, mais aussi beaucoup plus intéressant au bout du compte, de créer une stratégie de façon conjointe. »

L’article souligne que pour régler les problèmes sociaux complexes de nos jours, les fondations doivent laisser tomber le modèle prévalent de la philanthropie stratégique qui tente de prédire des résultats, et opter plutôt pour un modèle davantage adapté aux réalités de la création du changement social dans un monde complexe.

Voir ici la version intégrale de l’article.

Conférence Accelerate

Natural Step Canada est ravi d’annoncer sa deuxième conférence annuelle, Acccelerate: Collaborating for Sustainability, qui se tiendra les 5 et 6 juin 2014 au centre EverGreen Brickworks, à Toronto, en Ontario.

Cette conférence offrira l’occasion unique d’en apprendre davantage sur la collaboration grâce à des experts et des praticiens; de faire une expérience directe de collaboration en créant des connexions avec d’autres agents du changement; et de jeter les bases de nouveaux projets collaboratifs. Cliquer ici pour plus de détails.