De l’OSBL à l’entreprise caritative : modèle de financement novateur pour une bonne cause

Par Justin Scaini, Capitalize for Kids

Chaque organisme sans but lucratif (OSBL) ou caritatif a ses propres défis à relever pour maintenir la qualité de ses services et continuer d’exister. Un défi presque universel est celui du financement. Chacun possède sa recette secrète pour attirer les dollars. Fonds gouvernementaux, dons individuels, partenariats d’entreprise, entreprise sociale ou autres modèles de financement, chacun cherche une formule adaptée à sa situation particulière.

Fondé en 2013, Capitalize for Kids repose sur un mode de financement unique qui l’a aidé à assurer sa viabilité financière. Nous avons bâti l’organisme d’abord comme une entreprise. Nous sommes un OSBL, mais nous nous définissons comme une entreprise caritative.

Nous avons conçu l’organisme en portant une attention particulière au produit ou service que les gens voudront acheter et qui leur procurera un avantage précis ou une valeur ajoutée – personnellement ou à leur entreprise. Plutôt que de favoriser un groupe d’actionnaires, nos fonds vont à la recherche sur la santé mentale et cérébrale des enfants et nous dirigeons un programme de consultation sur le renforcement des capacités destiné aux prestataires de services fondés sur des faits probants en matière de santé mentale.

Chaque année, nous organisons la conférence Canada’s Top Investors.

Nous accueillons plus de 20 gestionnaires financiers qui parlent de leurs meilleurs projets d’investissement devant plus de 400 hauts dirigeants de banques, de caisses de retraite et de bureaux de gestion du patrimoine. Cela nous rapporte environ 1,5 million $ par année – jusqu’ici, nous avons recueilli plus de 4 millions $ pour la cause. Tout le monde vient à la conférence parce que cela profite à son entreprise. Pendant cette conférence de deux jours, nous prenons à peine 15 minutes pour parler de la santé mentale et cérébrale des enfants.

Ce n’est pas pour minimiser l’importance de la cause. La santé mentale et cérébrale des enfants est l’enjeu le plus important pour les jeunes de nos jours. Des paramètres guident nos décisions en matière d’octroi de fonds. Nous avons créé un programme de renforcement des capacités qui aide les prestataires de services à aider plus d’enfants avec les mêmes contraintes budgétaires et les mêmes réductions d’effectifs. Nous ne parlons pas de la cause à la conférence, parce que les gens n’ont pas acheté un service social – ils ont acheté leur place à une conférence hautement profitable pour leur entreprise.

Nous ne sommes certainement pas les seuls à aborder ainsi l’impact social. Pour des entreprises à but lucratif telles que Wear Your Label, les dons sociaux sont un élément clé du modèle d’affaires. Bien des entreprises sociales comme Klink Coffee offrent des produits et services à valeur ajoutée à leur clientèle afin de produire les fonds qui financeront leurs programmes. Nous nous inspirons aussi d’organismes à impact élevé tels que la Fondation Robin Hood – imbattables pour ce qui est de l’allocation des ressources et des paramètres d’impact. Nous essayons sans cesse d’apprendre de ces organismes incroyables pour raffiner notre modèle et nous appliquons la réflexion la plus rigoureuse à notre travail en matière de financement et d’impact.

Le fait de considérer Capitalize for Kids d’abord comme une entreprise pour concevoir ensuite nos programmes sociaux nous a aidés à atteindre très vite quelques réalisations clés :

  1. Viabilité : La conférence des investisseurs est un produit que les particuliers et les entreprises des marchés financiers vont acheter chaque année, ce qui nous assure un financement viable et prévisible chaque année.
  2. Écosystème : Par l’entremise de notre conférence des investisseurs, nous avons bâti un écosystème dans le secteur des marchés financiers. Cette focalisation sur un secteur précis a permis à notre organisme de produire une valeur ajoutée pour nos parties prenantes et pour le secteur plus vaste des marchés financiers – ce qui nous aide à attirer d’autres bailleurs de fonds et d’autres partisans de la cause sociale.
  3. Dons substantiels : En raison du solide réseau de partisans constitué par la conférence des investisseurs, nous avons pu rallier le secteur des marchés financiers à notre cause – ce qui nous a permis de demander des dons aussi substantiels que ceux qu’obtiennent des organismes sans but lucratif plus importants que nous dans leur collecte de fonds.
  4. Programmes sociaux remarquables : La viabilité du financement nous a permis d’embaucher des professionnels qui se consacrent à l’élaboration de notre stratégie d’impact social et conçoivent de nouveaux programmes pour accroître notre impact.

Nous sommes privilégiés d’avoir trouvé un modèle de revenus sur lequel on peut compter chaque année. Le maintien et la croissance de cette base financière restent notre plus grand défi à relever – comme c’est le cas de plusieurs d’entre vous qui lisez ce billet.

Il n’y a pas de solution unique aux problèmes de financement, mais nous avons appris qu’il est important de trouver un modèle de revenus correspondant à la situation particulière de l’organisme et d’utiliser la base partisane comme levier pour réaliser les principaux objectifs organisationnels.

Si vous connaissez un organisme qui nous permettrait d’apprendre encore plus ou si vous désirez parler davantage de Capitalize for Kids, contactez Justin Scaini à justin@capitalizeforkids.com.

 

Tags: , ,

Leave a comment