Une politique alimentaire nationale et l’avenir de l’alimentation

 

J’écris ce billet de blogue dans un avion, alors que je viens juste de terminer le dernier documentaire de Michael Moore, Where to Invade Next. Moore conclut son œuvre en évoquant la chute du mur de Berlin en 1989, lorsque des gens se sont munis de marteaux et de ciseaux pour briser la structure de béton devenue désuète. Selon moi, le système alimentaire de la prochaine génération de Canadiens sera aussi différent de celui d’aujourd’hui qu’est l’Allemagne de la chancelière Angela Merkel du pays dans lequel elle a grandi.

Twenty years ago, on November 9, 1989, jubilant crowds celebrated the opening of border crossings along the Berlin Wall. To find out more about the Berlin Wall, please visit www.Germany.info/withoutwalls. Copyright: Press and Information Office of the Federal Government of Germany. (PRNewsFoto/German Embassy Washington, DC)

On peut dire que les consommateurs, surtout les jeunes, ne font plus confiance à notre système alimentaire, un peu comme les Allemands de l’Est ne croient plus au mensonge soviétique. De nombreux signes portent à croire que l’alimentation de l’avenir sera plus locale, diversifiée, décentralisée, durable et biologique. En réalité, le système local connaît déjà une forte croissance en marge du système dominant, et ce, malgré un contexte politique axé depuis des décennies sur une production industrielle où l’on mesure la réussite par la croissance des exportations. La politique gouvernementale est de plus en plus déconnectée par rapport à la manière dont un nombre croissant de gens abordent l’alimentation. Ces derniers se préoccupent des répercussions sur la santé d’une surutilisation d’antibiotique et de pesticides. La disparition d’espèces entières (abeilles, monarques, thon) ainsi que les risques liés à des formes extrêmes de manipulation génétique (biologie synthétique, poisson GM) leur font peur. Ils ne font plus confiance aux produits de l’industrie alimentaire et de l’agriculture industrielle. Ils sont inquiets quant au droit des travailleurs, des agriculteurs et des pêcheurs de gagner décemment leur vie tout en cultivant la nourriture dont nous avons besoin pour survivre. Enfin, lorsqu’on leur donne le choix, comme dans le cas de la récente controverse entourant le ketchup French, ils optent sans hésitation pour des aliments locaux.

Bees

Lire la suite de cette entrée »

Cela pourrait-il être une affaire de pratique?

WA image

 

« Il se produit des avancées quand les gens apprennent à s’arrêter pour examiner leurs présomptions. » – Peter Senge

Plus tôt cette année, nous avons partagé une liste de pratiques quotidiennes en voie de prototypage (voir ici). Le concept de pratique quotidienne vient de deux sources : la recherche sur les noyaux de pratique, présentée par Dennis Embry et ses collègues, ainsi qu’un sondage. Au printemps 2015, WellAhead a posé deux questions à plus de 1400 personnes : « Que fait votre école pour appuyer le bien-être social et affectif des élèves? » et « Que faites-VOUS pour appuyer le bien-être social et affectif des élèves? ». Les pratiques quotidiennes sont un moyen de formuler et de saisir les réponses à la deuxième question – tout ce que nous faisons chaque jour pour appuyer nos enfants et nos jeunes.

Voici un aperçu de ce qu’on nous dit au sujet du concept des pratiques quotidiennes en lien avec le système plus vaste du travail réalisé dans les écoles :

Miser sur ce qui existe déjà

Prendre le temps de réfléchir à nos pratiques et de les examiner est un bon moyen de valoriser, de respecter et d’apprécier ce que chacun d’entre nous peut faire pour changer les choses dans la vie de nos enfants et nos jeunes. Les pratiques quotidiennes prototypées cette année en C.-B. sont seulement des exemples de dizaines et de centaines de pratiques quotidiennes déjà appliquées dans toute la province par diverses personnes – enseignants, parents, éducateurs, administrateurs, infirmières, élèves, intervenants auprès des Autochtones, chauffeurs d’autobus, travailleurs du SCFP et personnel de services après l’école. Lire la suite de cette entrée »

S’alimenter de façon responsable; un défi à relever quotidiennement pour demain!

Florence_Blog Author_FR

Guest blog by Florence Lefebvre St-Arnaud, Owner, Campanipol Family Farm 

L’alimentation : thématique centrale de notre vie contemporaine et de nos enjeux prioritaires à nous, producteurs agricoles. Le système alimentaire semble vouloir tendre vers un retour à la valorisation des produits du terroir, de la qualité et de la traçabilité des produits, et de la ferme familiale. Néanmoins, il me semble aussi que ce dit système se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins.

En tant que productrice dont l’exploitation est certifiée biologique depuis près de 30 ans maintenant, il va sans dire que je souhaite que notre système alimentaire soit de plus en plus axé sur l’innovation et la mise en valeur de nos richesses locales. Je souhaite plus que tout que les actions qu’ont entreprises les générations qui nous ont précédés puissent continuer d’évoluer et de faire changer la vision que nous avons, en tant que société, de notre agriculture et de notre alimentation en général. Que ce soit par le biais d’initiatives de mise en marché collective, par la valorisation de petites exploitations spécialisées dans des productions de niche, ou par la mise en valeur et la mise à disposition d’informations sur l’agriculture urbaine et l’autosuffisance, je persiste à croire que nous devrions travailler pour avoir en main le plus de moyens possible, en tant que collectivité, pour nous permettre de nous alimenter de façon responsable…

FamilleC2

Lire la suite de cette entrée »

De la rareté à l’abondance : notre histoire

Article d’invité par Mike Morrice, directeur exécutif, Sustainability CoLab, Chad Park, directeur exécutif, The Natural Step and Elizabeth Sheehan, présidente, Climate Smart Business

Au tournant du siècle dernier, Henry Ford, un des grands innovateurs américains, a dit ceci : « Se réunir est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est une réussite ». Cela est encore vrai plus de 100 ans plus tard et exprime bien l’esprit de collaboration que La fondation nous a proposé l’automne dernier.

Se réunir

Au début de l’année 2014, The Natural Step, Climate Smart et Sustainability CoLab, tous soutenus par La fondation de la famille J.W. McConnell, travaillaient dans différentes régions du pays et sur des solutions différentes. Ils avaient toutefois quelque chose d’important en commun : ils optimisaient des projets pour amener des entreprises à passer à une économie à faibles émissions de carbone.

À cette époque, les trois organismes se connaissaient, mais ne visaient pas la collaboration. Cette réalité, combinée à la rareté des ressources, ouvrait la voie à une concurrence future possible entre eux.

collaboration-1106196_640

La fondation posa alors un geste de leadership qui arriva au moment parfait : l’offre aux trois organismes d’une petite subvention de collaboration. Il n’y avait qu’une condition : utiliser l’argent pour une priorité commune.

Plutôt que tenter de protéger les similarités entre nos solutions, nous pouvions désormais, en tant que leader de chaque organisme, voir celles-ci comme des occasions. Nous pouvions viser des gains partagés dans nos travaux, après nous être engagés à développer notre compréhension commune.

Lire la suite de cette entrée »

Lire l’avenir dans un verre de lait

Article d’invité par Isabelle Mailhot-Leduc, Coordinatrice, Systèmes alimentaires durables, Université Concordia 

Alors que j’écoute la radio d’une oreille en me préparant à souper, mon attention s’arrête soudain sur les paroles du reporter. Je monte le volume de la radio. On parle de cette manifestation qui a eu lieu plus tôt dans la journée devant une grande usine de transformation laitière à Montréal. Une cinquantaine de producteurs laitiers s’y sont réunis pour dénoncer l’utilisation du lait diafiltré provenant des États-Unis dans la fabrication industrielle de produits laitiers. Le lait diafiltré est un produit qui a été filtré à plusieurs reprises pour obtenir un liquide ultra protéiné. On peut aussi le retrouver sous forme de poudre. À la frontière, le lait diafiltré est considéré comme un ingrédient, et échappe ainsi aux tarifs douaniers imposés au lait. Les grands transformateurs se réjouissent de cette situation, car le lait diafiltré leur permet de faire des économies. Il n’y a pas que son prix qui soit compétitif. Vu sa haute teneur en protéine, il est aussi plus performant que le lait québécois pour la production industrielle de yaourts et de fromages. Mes pensées s’arrêtent sur cette expression: du lait plus « performant ».

Cheese

Lire la suite de cette entrée »

Une introduction à la finance des solutions : une nouvelle façon de voir notre travail

By Stephen Huddart and Erica Barbosa Vargas

Au cours des prochaines semaines, La fondation va proposer plusieurs nouvelles ressources sur la finance des solutions : une série de livres blancs et d’études de cas connexes illustrant certaines des notions que nous avons apprises durant la dernière décennie, de nos réussites, mais aussi de nos échecs, quant à l’utilisation de capital pour changer les systèmes. Le premier livre blanc est déjà disponible. Nous espérons que ces ressources seront utiles à une communauté croissante qui s’intéresse à l’innovation financière pour un impact social et environnemental positif.

Jusqu’à tout récemment, nous ne faisions aucune mention de la finance des solutions. Il s’agit donc d’un nouveau terme qui nécessite quelques clarifications.

La finance sociale renvoie à des instruments financiers qui entraînent un impact social et environnemental accompagné d’un rendement financier. C’est un terme largement reconnu et nous l’utilisions comme terme parapluie pour décrire les activités d’investissement d’impact et de développement du marché de La fondation. Toutefois, alors que notre expérience et nos pratiques prennent de l’ampleur, nous constatons que la promesse de notre travail va au-delà des investissements à rendements mixtes.

Il faut deux choses pour des systèmes novateurs efficaces : un ressourcement adéquat et de nouveaux moyens d’attribuer du capital durant les nombreuses étapes de conception et de mise en œuvre. Pour y arriver dans le contexte de notre travail, nous défendons et adoptons comme pratique pratique une approche intégrée qui implique l’utilisation de capital financier et l’adaptation de modèles financiers pour catalyser, soutenir et accroître la transformation des systèmes. En d’autres mots, nous défendons et adoptons la finance des solutions. . Cela signifie poursuivre le développement d’un portfolio d’investissement pour lequel on s’attend à un rendement financier et à un impact social et environnemental positif, mais en allant plus loin.

Lire la suite de cette entrée »

L’innovation sociale et les villes – Les Jardins Gamelin, Montréal

gamelin_après

Innovation
Définition: processus d’influence qui conduit au changement social et dont l’effet consiste à rejeter les normes sociales existantes et à en proposer de nouvelles.

Lyndsay Daudier_Blog Author copy

Pour qu’il y ait vraiment une innovation sociale au sein de la ville, il doit d’abord y avoir un mariage entre l’innovation économique/technique et l’innovation communautaire, car c’est en grande partie la communauté qui bénéficiera de ces changements. Par la communauté, on n’entend pas seulement les représentants de celle-ci, mais tous ses usagers : les enfants, les jeunes, la population active, la population inactive, les personnes âgées, les handicapés, les nouveaux arrivants, les immigrants et les premières nations. Il importe de bien identifier les besoins.
Pour demeurer dans l’air du temps, l’innovation doit se faire suivant un bon design, que ce soit dans le développement d’outils technologiques permettant de mieux utiliser les infrastructures de la ville, dans l’aménagement d’un lieu ou dans l’amélioration de l’équipement public sur le plan ergonomique. Le défi est alors de composer avec les infrastructures et les systèmes existants, et de savoir en tirer profit. Par exemple, l’aménagement d’un lieu doit tenir compte de sa composante historique, des populations qui le fréquentent ainsi que de l’architecture qui y est déjà implantée. L’innovation ne doit pas se faire aux dépens du patrimoine, mais plutôt s’en inspirer pour mieux comprendre ce qui doit et peut être fait en réponse aux nouveaux besoins.

Lire la suite de cette entrée »

La technologie – un retour vers l’avenir du poisson

header_thisfish

eric enno tamm_This fishArticle d’invité par Eric Enno Tamm, directeur général, ThisFish

L’industrie des pêches est le plus ancien de nos systèmes alimentaires. C’est vraiment le dernier vestige de notre société de cueilleurs-chasseurs, précédant de centaines de milliers d’années la civilisation humaine (et l’agriculture). La pêche d’espèces sauvages est notre plus importante source de protéines non domestiquées – la diète paléolithique originale. La technologie et le caractère industriel de la pêche ont sans doute changé au fil des siècles, mais la quête de poisson dans les mers indomptées remonte très loin dans le temps.

Quel est donc l’avenir de cette antique quête? La révolution des technologies de l’information et l’évolution de l’attitude et du comportement des consommateurs offrent la possibilité de renverser une bonne partie des excès de la pêche industrielle du dernier demi-siècle. Les problèmes sont maintenant bien trop flagrants.

fish

Consommateurs, entreprises, ONG et gouvernements exigent plus de transparence et de responsabilisation dans les chaînes d’approvisionnement – pour prévenir la pêche illégale, les produits de la mer frauduleux et les violations des droits de la personne. Après avoir testé l’ADN de 1200 échantillons de produits de la mer aux É.-U., les artisans de la campagne Oceana ont démontré que 30 % de certaines espèces étaient mal étiquetés. Des enquêtes récentes ont dévoilé des récits choquants d’esclavage en mer dans le secteur des pêches en Asie du Sud. Et des universitaires estiment que 20 à 32 % des produits de la mer sauvages importés aux É.-U. sont récoltés de façon illégale. Lire la suite de cette entrée »

​Le pouvoir de la vulnérabilité

RECODE 0

Par Danica Straith. Danica s’est jointe à l’équipe RECODE au printemps 2015 comme boursière en innovation sociale pour un mandat d’un an dans le cadre du programme de bourses de recherche de La fondation de la famille J.W. McConnell.

J’ai beaucoup à dire sur cette année essentielle et ce que j’ai appris au moment où je termine mon année comme boursière RECODE au sein de La fondation de la famille J.W. McConnell. J’aimerais toutefois boucler la boucle en ce qui concerne un de mes objectifs d’apprentissage initial, même si c’est possible que je sois encore dans la boucle, ou que celle-ci ressemble en fait à une forme ovale, mais bon, voici où j’en suis.

RECODE 1

J’ai dit au début de ma bourse de recherche que je souhaitais développer mes compétences relativement à la gestion des intervenants et aux relations avec ces derniers au sein de l’écosystème bourgeonnant de RECODE. Cet objectif se rapportait à une intention plus personnelle de renforcer mes capacités afin d’apprendre à mieux entrer en relation avec une variété de gens, les rejoindre là où ils se situent et trouver une façon de parler la même langue qu’eux de manière sincère et authentique. Mes recherches précédentes sur l’optimisation de l’impact m’ont en effet permis de conclure que la capacité d’entrer en relation de manière sincère est cruciale pour approfondir les travaux collectifs visant à résoudre des problèmes systémiques et bien enracinés. Nous pouvons bien sûr parler autant que nous voulons d’amplifier des modèles, mais s’ils ne peuvent pas être intégrés au tissu social et compris au quotidien, ils seront inutiles. Cette réalité renvoie à une des trois dimensions de l’optimisation : scaling deep/l’optimisation en profondeur*.

Il semble que pour faire réellement preuve d’empathie, nous devons de temps en temps afficher une certaine vulnérabilité devant nos collègues et partenaires.

Lire la suite de cette entrée »

L’avenir de l’alimentation : du personnel au mondial

 

Hand with wheat grains

Ruth Richardson_FRArticle d’invité par Ruth Richardson, directrice générale de l’Alliance mondiale pour l’avenir de l’alimentation

Nous avons un rapport intime avec l’alimentation : elle cimente nos familles et rassemble la collectivité en plus de nous nourrir. Les aliments sont aussi des marchandises, avec la production et le commerce d’envergure mondiale au carrefour des enjeux les plus pressants auxquels se bute l’espèce humaine — changements climatiques, pauvreté, santé publique, déplacements de population. Nos systèmes alimentaires et agricoles sont incroyablement résilients et diversifiés. Et pourtant, ils sont aussi fragmentés et trop souvent, non durables : la production alimentaire épuise de plus en plus nos ressources naturelles, tous n’ont pas accès à des aliments sains et nutritifs, et nos marchés mondiaux appauvrissent les économies locales plutôt que les bâtir.

L’Alliance mondiale pour l’avenir de l’alimentation nous réunit pour étudier ces enjeux d’importance cruciale. À titre d’alliance stratégique de fondations, nous voulons mettre nos ressources en commun afin d’élaborer des cadres de changement susceptibles d’accélérer collectivement la transition vers de nouveaux systèmes alimentaires garants de la durabilité, la sécurité et l’équité en alimentation, à l’opposé des systèmes marqués par la faim, la pollution, la rareté de l’eau et le déclin des cultures alimentaires.

Water and Sanitation

Pour y arriver, il faut se pencher sur l’économie de l’alimentation et plaider pour une comptabilité alimentaire équitable et transparente. En appuyant des projets tels que Food Tank et la TEEB pour l’agriculture et l’alimentation, nous voulons mettre en lumière les distorsions économiques des systèmes alimentaires. Nous élaborons pour cela des cadres qui tiennent compte à la fois des éléments positifs (piégeage du carbone, services de pollinisation, santé) et négatifs (émissions de CO2, diabète, exposition des travailleurs agricoles aux toxines, acidification des océans) des « coûts externes » de la production, la distribution et la consommation d’aliments dans les systèmes mondiaux. Comme l’a déclaré SAR le prince de Galles dans son discours célèbre sur l’avenir de l’alimentation, ce qu’il nous faut, c’est « … quelque chose de très simple… qui nous permet d’inclure dans le résultat net les coûts réels de la production alimentaire… c’est plus nécessaire que jamais. »

Lire la suite de cette entrée »